Nouvelles / Projets
11 octobre 2018
À Grand Pré, on parle de santé menstruelle à l’occasion de la journée internationale des filles !

Ce 11 octobre 2018, à l’occasion de la Journée internationale de la fille, l’infirmière responsable du Centre de Santé de Grand Pré, Madame Jaccine Bastien, s’est déplacée dans l’École nationale pour s’entretenir avec 110 élèves, garçons et filles de 9 à 12 ans, au sujet de la santé menstruelle

Avec beaucoup de professionnalisme, de pédagogie et d’humour, Madame Bastien a expliqué aux élèves les changements liés à la puberté et a répondu aux questions des filles et des garçons de cette commune de Quartier Morin, dans le Département du Nord en Haïti. 

« Merci à Miss Bastien pour les informations qu’elle nous a données aujourd’hui. Il y a des choses que je ne savais pas et que je ferai autrement maintenant », dira une élève.

Les enjeux de genre, la construction des rapports sociaux de genre égalitaires, et la prévention des discriminations que peuvent vivre les filles en lien avec leurs menstruations ont fait partie intégrante de l'activité. 

« Nous avons reçu des conseils importants pour garder notre dignité et pour avoir de meilleures relations entre nous, filles et garçons », exprimera une autre élève.

La responsable en Égalité entre les genres du projet ACOSME (Appui au Continuum de Santé Mère-Enfant) et une stagiaire en soins infirmiers de l’Université de Montréal ont appuyé la prestataire des services de santé de Grand Pré dans l’élaboration de cet atelier qui a reçu un accueil chaleureux et enthousiaste de la part de la Direction de l’école, du corps enseignant et de l’ensemble des élèves. 

« Longtemps, en Haïti, les menstruations étaient un tabou, mais grâce à ce type d’activités, nos enfants sont mieux préparés à vivre les changements qui les attendent », souligne monsieur le Directeur de l’École nationale de Grand Pré.

« À l’occasion de cette Journée internationale de la fille, je leur souhaite un traitement impartial dans notre société ! », concluera madame Jaccine Bastien. 


Nous suivre