News / Projects
4 avril 2019
Surmonter les obstacles en santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, et de nutrition

 

Du 24 au 27 février 2019 s’est tenu à Abidjan (Côte D’Ivoire) le Sommet francophone pour le changement social et de comportement : Surmonter les obstacles en santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, et de nutrition.

Un des assistants techniques du projet MÉDIK a participé à cet évènement. 

Cet évènement organisé par le Centre des programmes de communication de Johns Hopkins, avec le soutien de partenaires internationaux et nationaux, portait sur le changement social et de comportement pour atteindre les objectifs en matière de planification familiale et de santé maternelle, néonatale, infantile et de nutrition. Ce sommet avait été conçu pour donner à la communauté francophone l’occasion de faire progresser la discipline de changement social et de comportement (CSC). Plus spécifiquement il s’agissait de renforcer les capacités dans ce domaine, afin d’augmenter l’utilisation des services de santé ; à reconnaitre le rôle des interventions en promotion de la santé communautaire ; à faire connaître les pratiques fondées sur des preuves et à présenter des approches innovantes.

Ce Sommet a réuni, entre autres, un éventail de représentants des gouvernements, du milieu universitaire, d’organisations de la société civile, d’agences de développement. 

Plusieurs axes d’interventions ont été identifiés, parmi lesquels :

- L’engagement communautaire doit partir du renforcement de la communication entre les générations et les genres, du renforcement de la cohésion sociale au sein de la communauté et de la prise en compte des valeurs et rôles culturels ;

- Toutes les composantes de la communauté ont un rôle à jouer dans la prévention des maladies (autorités, prestataires, artistes, religieux, femmes, hommes, jeunes, etc.) ;

- Les États doivent éduquer les bailleurs pour qu’ils s’alignent sur les priorités du pays ;

- Pour agir sur les normes, il est nécessaire de développer une approche systémique qui implique tous les acteurs de la communauté : mettre l’accent sur les groupes et valoriser les normes positives de la communauté ;

- Le leadership et l’engagement politique déterminent le succès des interventions communautaires ; 

- La synergie des interventions, soit  que l’effort de coordination est une condition pour rentabiliser les investissements et éviter le saupoudrage.

 

Ces idées maitresses sont conformes avec celles proposées par le projet MÉDIK :

 

- Une attention spécifique est portée aux différents groupes qui composent les communautés, dans le cadre du travail de sensibilisation. Différents moyens sont utilisés dont certains reposent sur l’art (ex. pièces de théâtre) tout en tenant compte des normes sociales et des valeurs. 

- La diminution de la mortalité maternelle et néonatale repose en partie sur l’organisation communautaire et un rééquilibrage des rapports entre les femmes permettant à celles-ci d’exercer un meilleur pouvoir décisionnel et d’augmenter leur capacité d’agir.

- Un fonctionnement plus harmonieux du système de santé est visé pour les 3 grandes catégories d’acteurs du système malien, à savoir : les structures déconcentrées de l’État en matière de santé, de développement social et de promotion de la femme ; la société civile via les Associations de santé communautaire (ASACO) responsables de la gestion des services de santé de base ; les collectivités décentralisées représentées par les élus locaux. Chaque catégorie d’acteurs a un rôle spécifique et complémentaire à jouer pour que la population puisse bénéficier de services de qualité. 

- Des études et diverses activités sont menées pour mieux comprendre les réalités des communautés et raffiner les interventions.

- La coordination des actions en matière de santé est favorisée avec la mise en place et le fonctionnement de comités de coordination des intervenants en santé dans les districts sanitaires. 

 

Ce sommet s’est conclu par plusieurs recommandations spécifiques à la jeunesse et aux groupes souvent exclut des interventions : 

- Identifier leurs besoins en changement social et de comportement, particulièrement pour la planification familiale

- Renforcer les compétences des acteurs à tous les niveaux pour concevoir, mettre en œuvre et évaluer les activités de changement social et de comportement

- En même temps, il a été souligné qu’un plaidoyer devait être fait pour l’obtention de plus d’investissements internes et externes, alors que les bailleurs doivent écouter les gouvernements qui expriment les besoins de la jeunesse. 

Nul doute que ce Sommet aura contribué au réseautage des organisations et des participants.

 

Follow us