Nouvelles / Annonce
8 août 2019
Rencontre entre l'USI et le Dr Mukwege

En juin dernier, l’Université de Montréal (UdeM) a remis au Dr Mukwege un doctorat honoris causa pour souligner son engagement sans limite dans la réduction et la prise en charge des violences sexuelles en République Démocratique du Congo. La venue du Dr Mukwege, parrain de l’initiative hygeia, a également permis la signature d’une entente entre l’UdeM et la Fondation Panzi. Cette entente constitue un préambule pour établir un cadre concret de collaboration associée à une recherche de financement. 

L’Unité de santé internationale a eu l’honneur et le privilège de participer à plusieurs sessions de travail avec le Dr Mukwege afin de définir les opportunités de collaboration sur la base des besoins identifiés. Le Dr Mukwege a présenté son approche en quatre piliers : la prise en charge clinique et spécifiquement chirurgicale (i), la prise en charge psychosociale et l’empowerment des femmes (ii), l’entreprenariat féminin (iii), et enfin, le recours à la justice, dans une perspective juridique, judiciaire et réparatrice (iv). 

Le Dr Mukwege a insisté sur les besoins en recherche-action pour « comprendre les mécanismes de résistance, de résilience et les moteurs du changement ». En outre, pour le chirurgien, l’accès à la justice réparatrice est une façon de rompre le silence sur les violences sexuelles et de lutter contre la stigmatisation des survivantes et de leur famille. Enfin, « soutenir l’effort des femmes consiste en premier lieu à renforcer leur solidarité, leurs capacités entrepreneuriales ». 

Pour mieux connaître les messages du Dr Mukwege, l’Unité de Santé Internationale a réalisé une entrevue qui vous est ici partagée.

 

Le 8 juillet dernier, le Canada a rendu public ses six politiques relatives aux champs d’action de la Politique d’aide internationale féministe. Cette politique place au cœur de ses actions les femmes et leur pouvoir d’agir. « La violence sexuelle et basée sur le genre constitue une violation et un abus grave et répandu des droits de la personne, un facteur qui contribue à l’insécurité et un obstacle insidieux à la réalisation de l’égalité entre les genres. […] Elle a des effets dévastateurs immédiats et permanents, car elle empêche les victimes de réaliser leur plein potentiel et perpétue l’inégalité entre les genres (Politiques de champ d’action, AMC 2019).


Nous suivre