DES PARCOURS INSPIRANTS

Vous souhaitez vous orienter vers une carrière en santé mondiale, mais vous hésitez sur la voie à suivre? Inspirez-vous des témoignages de nos professionnels !

Comme vous le constaterez en lisant la diversité de leur parcours, il n'existe pas un chemin unique pour dépasser vos frontières. Tout dépend de votre intérêt, de votre formation et de votre expérience. Professionnels cinquantenaires venus tenter l'expérience internationale ou spécialistes de la santé mondiale reconnus, ils partagent un objectif commun: améliorer la santé dans le monde.

 

TÉMOIGNAGES

Isabelle Bourgeois,
Candidate L.L.M en droit international,
Université de Montréal

La recherche en santé internationale est un domaine qui laisse place à une interdisciplinarité des plus enrichissantes. C’est en tant qu’étudiante de la Faculté de droit de l’Université de Montréal et en tant que boursière du Programme de développement des capacités en santé mondiale de l’USI que j’ai eu la chance de me diriger à Mumbai en 2013 pour un séjour de recherche de cinq mois. Je tentais d’analyser l’adaptation et la transition des normes de droits de la santé en matière de violence domestique, telles que dictées sous certains instruments internationaux. Sous le droit international, la violence domestique est reconnue comme un enjeu de santé publique et comme une violation des droits socioéconomiques de la personne. Travaillant étroitement avec une organisation non gouvernementale offrant des services multiples aux femmes indiennes victimes de violence domestique, j’ai effectué de la recherche documentaire, des observations participatives et des entrevues pour mieux comprendre le phénomène. Le retour de l’étude de terrain consistait à l’analyse des données, à la rédaction du mémoire et à la diffusion des résultats par l’entremise de conférences et de rapports.

Ce projet de mémoire est le fruit d’une implication professionnelle, académique et bénévole continue dans le domaine de l’éducation aux droits humains, de la coopération internationale et de droits des femmes. Le stage d’initiation à la coopération internationale au Mali à l’été 2007 au sein de l’organisation Carrefour International m’a ensuite mené à étudier à l’UQAM dans le Baccalauréat en relations internationales et droit international. Les enjeux liés aux femmes et à la diversité culturelle devenant un intérêt majeur, j’ai eu la chance d’obtenir une bourse Étudiants pour le développement de l’Association des universités et collèges du Canada pour effectuer un stage dans le sud de l’Inde auprès d’une organisation de la société civile offrant des services communautaires pour les femmes des villages avoisinants. 

Dans le domaine de la santé, de la coopération comme du droit international, il est d’abord question de faire de son travail et de ses études une passion de vie. Un engagement affirmé, une ouverture d’esprit et un choix de spécialisation facilitent le développement d’un réseau de contacts essentiel pour obtenir des opportunités d’emplois, de stages, de bourses et d’études. Une persévérance et une motivation dans ces démarches permettent ainsi de mettre à profit ces relations interpersonnelles. 

    
Linda François
Consultante pour l'USI au Centre Hospitalier Régional
d'Oyem au Gabon

 

Linda François Les personnes désireuses de travailler dans le domaine de la coopération internationale se demandent souvent quel parcours privilégier. Comme il n'existe pas de réponse unique à cette question, nos collaborateurs acceptent régulièrement de partager leur cheminement, exercice auquel Linda François, consultante pour l'USI, s'est prêtée de bonne grâce.
"Engagée dans un milieu orienté vers les services de santé et le patient, j'ai suivi un cursus académique hétéroclite commençant par un parcours technique (examens d'analyses biologiques) suivi et renforcé par des études de gestion hospitalière et plus spécifiquement de gestion de la qualité en santé (maîtrise QUÉOPS-i Qualité-Évaluation-Organisation-Performance et Sécurité en santé internationale à l'Université de Montréal). C'est en tant que stagiaire que je suis partie pour la première fois, de façon très inopinée, en mission court terme à l'internationale. Un mandat de quatre mois au Gabon proposait de réaliser une évaluation de performance hospitalière dans une province recluse au nord du pays.

Cette expérience (...) renforce aujourd'hui ma volonté de poursuivre l'aventure à l'international. Cette opportunité d'apprentissage a développé et précisé mon expertise pour la gestion de la qualité et l'évaluation de la performance globale et intégrée des services et soins de santé. Cette expérience internationale avec une forte intensité de travail et de nombreux défis, renforce aujourd'hui ma volonté de poursuivre l'aventure à l'international.

Forte de cette première expérience, j'ai par la suite été mandatée pour continuer les travaux menés dans l'hôpital Gabonais, en intervenant cette fois-ci comme consultante court terme. Le mandat propose de participer à l'élaboration d'un plan d'établissement hospitalier. Ce projet de démonstration, pilote pour le système de santé, pourrait bien inspirer des réformes à venir dans le système de santé Gabonais."

L'important volet social et l'ampleur des enjeux de santé des pays en émergence m'animent et m'encouragent à poursuivre pour un temps le développement de mes compétences sur le terrain de l'international."

haut de page

    

Serge Loiselle
directeur des services techniques
au Centre Hospitalier Régional d'Oyem au Gabon

 

Serge Loiselle J'occupe le poste de Directeur des Services Techniques au Centre Hospitalier Régional d'Oyem depuis août 2009 et j'agis comme chef de projet, depuis mai 2010, affecté au Projet d'Appui Technique de l'USI dans cette structure sanitaire située au nord du Gabon en Afrique. C'est une longue carrière de plus de 25 années passées à occuper des postes de direction dans le réseau de la santé au Québec avec des expériences de travail dans plusieurs pays
(Europe, Amérique Latine, États-Unis d'Amérique et Canada) qui m'a incité à relever le défi de contribuer à améliorer la performance d'un établissement de santé hors Québec. Déjà jeune, je souhaitais devenir archéologue, puis missionnaire ; plus tard j'ai entrepris et complété des études dans des domaines touchant le génie civil et la gestion à l'international. On disait de moi que j'aimais bien me sentir « ici et ailleurs » en même temps ! Même à l'approche de la retraite, j'ai pour projet de continuer à étendre l'horizon de mes connaissances sur les sociétés et les cultures qui les caractérisent.

La curiosité, l'ouverture sur autrui, la soif de connaître et de partager mes connaissances et expériences, le désir d'améliorer notre rapport avec les moins fortunés, la recherche de justice et d'égalité pour tous ont constitué mes guides tout au long de ma carrière. Maintenant, dans la sphère internationale, partager des visions et des façons de faire si différentes d'une société à l'autre est un défi stimulant, puisque chacun des partenaires en retire des bénéfices.

La santé dans le domaine international a besoin de candidats bien préparés, c'est-à-dire possédant un bon bagage de connaissances théoriques et pratiques dans leur domaine d'expertise. Il leur faut aussi cultiver leur esprit d'ouverture, de respect, d'écoute, de partage, d'humilité, de tolérance, de modération, de patience, d'empathie, de courage, d'abnégation, d'entraide, de justice et j'en passe… tout en faisant preuve d'une éthique personnelle et professionnelle élevée ainsi que d'une solide discipline personnelle. En résumé, une carrière en santé internationale ne s'improvise pas, elle se prépare!

haut de page

    

Nicole Atchessi
Candidate MSc. Santé communautaire, Université de Montréal

Nicole Atchessi

"J'ai été formée comme médecin généraliste au Bénin et j'y ai exercé ma profession de clinicienne pendant trois ans. C'est alors que j'ai décidé faire une formation en santé publique, car j'en ai eu l'opportunité à l'Université de Montréal. Je suis me suis orientée vers la santé mondiale, plus précisément dans le domaine de l'évaluation des effets des programmes de suppression de paiement des soins pour améliorer l'accès aux soins des plus pauvres en Afrique.

 

Ma recherche a porté sur l'analyse de la qualité des prescriptions médicales dans le contexte de suppression de paiement des soins. Je suis actuellement à la fin de ma formation et ce fut une expérience enrichissante à la fois théorique et pratique sur le terrain. J'ai été particulièrement heureuse d'apporter mon expertise de médecin dans la réalisation de ce travail. Je souhaite poursuivre mes études au doctorat pour approfondir mes connaissances et acquérir une autonomie en recherche.

Pour s'investir en santé mondiale, je pense qu'il est nécessaire d'avoir une fibre humanitaire et une capacité d'adaptation à différentes conditions de vie."

haut de page

    

Anne-Marie Turcotte-Tremblay
MSc. Santé communautaire, Université de Montréal

 

Anne-Marie Turcotte-Tremblay "De septembre à décembre 2008, dans le cadre de ma maîtrise en santé communautaire au Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal, j'ai effectué un stage à l'USI. L'objectif de mon stage, qui s'est déroulé en trois phases, était de mieux comprendre les raisons du faible niveau de pénétration des mutuelles de santé au Bénin. Pendant le premier mois, une phase de conceptualisation s'est déroulée à l'USI. Ensuite, j'ai effectué un
séjour de 11 semaines au Bénin, où j'ai réalisé des entrevues et une recherche documentaire. À mon retour, je me suis concentrée sur la diffusion des résultats. J'ai participé à divers colloques et rédigé un rapport sur les stratégies pour améliorer l'adhésion et la fidélisation.

Détentrice d'un Baccalauréat ès arts de l'Université McGill comprenant une majeure en psychologie et une mineure en études du développement international, j'ai réalisé ma première expérience en coopération internationale lors d'un stage au Carrefour canadien international (CCI) à l'été 2007. Cet organisme m'a donné l'opportunité de travailler au Mali au développement et à la gestion d'un jardin maraîcher pour financer une école communautaire. Un stage d'initiation dans le cadre d'un organisme comme le CCI constitue une excellente préparation à ceux qui voudraient avoir une expérience en coopération internationale.

Je conseille aussi aux étudiants intéressés par la santé internationale d'être persévérants et de contacter plusieurs superviseurs potentiels affiliés à différentes institutions. Il est alors possible d'apprécier les opportunités qu'ils peuvent offrir, les partenariats qu'ils ont à l'étranger et leur volonté d'investir temps et ressources pour appuyer un projet de stage.

Une fois le milieu de stage trouvé, il est important de sélectionner des cours qui pourront contribuer à la réalisation du stage. Je recommande aux étudiants de suivre un cours de lectures dirigées sur le sujet du stage ainsi que des cours de méthodes statistiques surpassant les exigences du programme afin d'avoir une bonne base théorique et méthodologique lorsque le stage débutera."

>> Pour lire l'intégralité du témoignage

haut de page

    

Jean-François Labadie
assistant technique pour le projet PARC en Haïti(Projet d'Appui Renforcement des Capacités en Gestion de la santé)

Jean-François Labadie "Depuis novembre 2008, je travaille en Haïti auprès du Directeur des ressources humaines du Ministère de la Santé. Le projet de l'Unité de santé internationale vise à améliorer les pratiques de gestion au sein du système de santé haïtien. On forme de nouveaux gestionnaires à partir du programme de l'UdeM qui a été adapté au contexte haïtien,
et on travaille à améliorer les pratiques en matière de gestion des ressources humaines. Avec le Ministère, on développe des pratiques et des outils (ex. : politique de gestion et de développement des ressources humaines, référentiel des emplois et des compétences, procédures de nomination…) qui assureront une gestion plus optimale des ressources humaines en santé. Cette première expérience internationale est bien évidemment fort stimulante. Dans un contexte comme celui d'Haïti, les défis à relever sont variés et impliquent de mettre en œuvre plusieurs compétences acquises au cours de ma formation et de mes expériences professionnelles passées. Pour moi, le défi le plus stimulant est d'arriver à traduire les dimensions techniques de l'appui de manière à ce qu'elles expriment toute leur pertinence dans le contexte culturel et social d'Haïti. Avant cette première aventure internationale, mon parcours professionnel m'avait permis de travailler pendant plus de dix ans dans le domaine de la recherche dans le secteur de la santé publique, au sein du milieu universitaire et à l'intérieur des structures de santé publique du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Avant de quitter pour Haïti, j'ai travaillé six ans au sein d'une organisation de santé de Montréal où j'étais impliqué dans le développement organisationnel en gérant les activités d'enseignement et de recherche. Parmi les éléments qui ont aidé à mon adaptation et qui continuent d'entretenir mon intérêt, la chose la plus importante a été de déployer beaucoup d'énergie à comprendre le pays, son histoire et sa culture. Il m'est apparu essentiel en effet de pouvoir me doter de certaines clés afin de pouvoir établir de meilleures relations avec les partenaires haïtiens. Mieux comprendre les valeurs qui les animent, les contraintes auxquelles ils font face dans leur vie personnelle et professionnelle, les logiques qui permettent de réguler leurs pratiques de gestion… Cette recherche continue d'une meilleure compréhension du contexte dans lequel œuvrent mes partenaires me fournit des outils pour mieux intervenir et pour tirer pleinement avantage de cette expérience professionnelle très riche."

haut de page

    

Carl-Ardy Dubois
professeur agrégé, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal

 

Carl-Ardy Dubois "En tant que professeur et chercheur en organisation des services de santé, originaire d'un pays du Sud, la coopération internationale m'offre un vaste champ pour l'application des connaissances et le transfert d'expertises. Au cours des dernières années, mes activités en santé internationale ont été centrées sur le développement des ressources humaines en santé et ont sans doute profité de ma sensibilité aux défis auxquels doivent
faire face les systèmes de santé dans les pays en développement. La plupart des pays dans lesquels je suis intervenu (Madagascar, Maroc, Haïti, Guyane, Togo) font non seulement face à des déficits aigus de ressources humaines en santé, mais aussi à des carences importantes de capacités et d'expertises nécessaires pour apporter des solutions durables à ces déficits. Le cas de Madagascar illustre à la fois les possibilités et les péripéties qui peuvent être associées à de telles interventions. Après plusieurs années d'accompagnement du Ministère de la santé malgache, des progrès manifestes ont été accomplis par ce dernier en matière de développement de capacités et de leadership dans le développement des ressources humaines : mise en place de divers outils de planification et de gestion, élaboration d'un plan d'action national, des compétences accrues démontrées par l'équipe de la direction centrale des ressources humaines, mise en œuvre de diverses initiatives visant à réduire le déficit de ressources humaines dans le secteur public. Cependant, tout cet élan a été brisé avec la crise politique qui secoue le pays depuis janvier 2009 et les activités d'accompagnement visant à soutenir ces efforts ont été abruptement interrompues. Faudra-t-il encore tout recommencer lorsque la situation politique sera apaisée?" 

haut de page


Nous suivre

Témoignages d''''étudiants

  Nicole Atchessi

Nicole Atchessi
candidate MSc. Santé communautaire, UdeM

 
  Anne-Marie Turcotte-Tremblay

A.-M. Turcotte-Tremblay
M.Sc. Santé communautaire, UdeM

 

 


Témoignages de professionnels

  Carl-Ardy Dubois

Carl-Ardy Dubois
associate professor,
University of Montreal

 
  Linda FrançoisLinda François 
Consultante pour l'USI
au Centre Hospitalier Régional d'Oyem au Gabon
 
  Jean-François LabadieJean-François Labadie 
technical assistant
for the PARC project in Haiti
 
  Serge LoiselleSerge Loiselle 
directeur des services techniques
au Centre Hospitalier Régional d'Oyem au Gabon